top of page
  • Faustine Poidevin

La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr




Je cherche mes mots en m'attelant à cette revue littéraire tant ceux de Mohamed Mbougar Sarr sont affutés, vifs, éclatants. Je me sens intimidée et n'ose décrire la prouesse littéraire qu'est la prose de cet auteur. Lui-même d'ailleurs rappelle à la page 50 de son sensuel roman initiatique : "Je vais te donner un conseil : n'essaie jamais de dire de quoi parle un grand livre. Ou si tu le fais, voici la seule réponse possible : un grand livre ne parle jamais que de rien, et pourtant, tout y est." Comment mieux décrire ce roman picaresque et labyrinthique au coeur duquel Mbougar Sarr tisse et détisse l'histoire du 20ème siècle, mêle son amour pour la littérature, aborde le grave sujet de la colonisation, mélange les genres, les voix, les styles, joue avec les mots, les lettres et les références. Tout est dans ce roman effectivement. Le prix Goncourt a su cette année récompenser la littérature d'imagination, la fiction, le monde littéraire francophone et les maisons d'éditions indépendantes. Je reste estomaquée face à ce joyau littéraire, l'aboutissement, selon moi, de ce qu'est un grand livre. Voilà un chef d'oeuvre littéraire qui traversera les époques.


"C'est ça notre vie : essayer de faire de la littérature, oui, mais aussi en parler, car en parler est aussi la maintenir en vie, et tant qu'elle sera en vie, la nôtre, même inutile, même tragiquement comique et insignifiante, ne sera pas tout à fait perdue." page 66 ♥


Mohamed à écouter dans Boomrang avec Augustin Trapenard et à voir dans La grande librairie avec François Busnel.





Commentaires


FOLLOW ME ELSEWHERE

  • Instagram
Pas encore de mots-clés.

POST ARCHIVE

bottom of page